Millions of stars in the sea

What do all this little shining particles are ? The stars fallen from the sky ? The little mermaid’s   dress ?  In fact no. They are stars born in the sea.

A lot of organisms, terrestrial and marine, are able of bioluminescence.  We’ll speak here only about plankton bioluminescence. This phenomenon means that organisms produce and issue light.  » How can they do that ?  » you’ll ask. Here is the explanation:

The production of light is due to a chemical reaction involving different molecules which luciferin and luciferase. The first one oxidize the second one. This oxidation produce a photon and an inactive molecule ; the oxyluciferin. The wavelength of the light created by photon emission is included between 400 and 600 nm.

The bioluminescence has different goals depending on the specie. Here are few examples.
> A defense way : when phytoplankton feel endangered it produces light in order to disorient predators. It can appears when phytoplankton is stimulated by physical contact, for example in a wake of a boat or when a wave crashing on the beach.
> A seduction way : some microorganisms composing the plankton can issue light at the reproduction time. Others can produce light in order to be eat by a fish because they’ll reproduce themselves better in its stomach.

I leave you with a nice video of National Geographic that will make you dream.

 ……………

Life of Pi

This book tell us the story of a young indian boy lost on a lifeboat with a zebra, an orang-outan, a hyena and a bengal tiger in the Pacific ocean. It is humorous, easy to read, and is about courage, love and faith.

I recommend it!

Somebody’s drowning !

« SOMEBODY’S DROWNING ! SOMEBODY’S DROWNING ! »

That was the sentence I heard the most during my two days of Rescue training !

When one wants to become a marine biologist it is essential to go scuba diving. After I had passed my open water and my advanced level I decided to follow a rescue training during our holiday in Koh Tao, Thailand.

For whom wants to passe this level here it is what you should expect.

On the first day morning I watched the first three chapters of the rescue training dvd. During this two days I had two teachers for my own, one giving me instructions (Paul) and one panicking, drowning, dying (Sean) that I had to save. The afternoon we have done a lot of exercises to know how to manage a panicking or an unresponsive diver at the surface or underwater.
At each break, after I had put off all my diving equipment  Paul shouted « Somebody’s drowning! ». I had to put on my BCD and weights, to find my mask and my snorkel, to track down my fins and finally to jump into the water.. And that’s not the end! Once in the water I had to find Sean. If he was panicking at the surface I recommended him to inflate his BDC and I helped him to join the boat, I reassured him.. But if the victim is unconscious underwater I joined him, verified his unconscious condition by touching him and I ascended him to the surface maintaining his octopus in his mouth. While I was bringing him back to the boat I had to put off our both equipments to save time on the boat, if he was no breathing it was indispensable to give him one breath every 5 seconds.


The second day morning I watched the end of the dvd. The afternoon our exercises were focused on how to react when a panicking diver snatch your octopus and/or your mask and I almost drown myself when I swallowed water through the nose at 4 meters deep! I also learnt how to use the oxygen equipment on the boat. In order to teach me how to treat an injury I had to take care about a monitor who was bleeding a lot (he put some tomato sauce on his right leg).

At the end of the afternoon I have done a written exam and I passed it!

Every monitor was saying that the rescue training was the funniest course to teach. I can confess you that it was the most interesting and tiring course I have ever followed!

Oceanography Training

From 24/o7 to 01/08 I joined with 14 others students an oceanography training planed by my university in CNRS premises on the French Riviera. We studied physics en chemistry of oceans and mediterranean sea which is very interesting to relate with biology.

Our main teacher was a researcher on the ecology in Antarctic and one of his courses consisted to identify deep sea fishes (living between minus 200 and minus 1000 meters deep). Here are two of them, and their main characteristics;

> Sternoptychidae subfamily of Sternoptychinae : vertical opening of the mouth, dorsal fin preceded by a triangular bone plate forming a spine, ventral spines, short and compressed body retracting after the dorsal and pelvic fins, telescopic eyes, short fat fins, photophores along the lower part of the head, trunk and tail.
> Gonostomatidae : very little eyes with a small infraorbital photophore, two opercular photophores, conic head, beginning of the dorsal fin directly above the top of the anal fin, no fat fins. One of the most abundant family in mesopelagic environment.

After those workshops we went fishing plankton with our main teacher and a sailor. We fished early in the morning because the plankton is near to the surface at night in order to eat, but when the sun is shinning it goes deeper to escape from predators. This movement is the vertical migration which is the most important migration in the world. Our fishing equipment was;
> Two Niskin bottles  at 10 and 20 metres deep. This bottles are adapted to fish organisms whose size is less than 200 micrometers; nano and microplankton. This allows us to obtain samples from fixed depth and from fixed stations.

> A WPII net (Working Party Two) which is a standard for mesozooplankton (larger than 200 micrometers) fishing. We send it to 40 meters deep and pulled for two minutes.
 > Furthermore we used a CTD wich measures conductivity, temperature and depth.

We studied also the pelagic environment, gelatinous organisms, arthropods, protists and their adaptations to the pelagic life. What interested me the most was the course explaining the parameters that determine the availability of nutrients; the physical and chimical pumps carbon, that will be an other article subject!

You know what ? I love my studies !

The First Solar Boat

Raphael Domjan has a passion for adventure and exploration. The Swiss 38-year paramedic in Lausanne, imagined the first ship able to carrying out a world tour, powered only by solar energy: silently, nonpolluting and revolutionary. After six years of work to convince financial partners that his idea is not a sweet utopia, the boat is out of construction sites in Germany. It is a giant catamaran capable of supporting 800 solar panels with 38 000 photovoltaic cells spread over a total area of ​​537 m². It reaches in averaged a speed of 14 km.h.

The solar catamaran PlanetSolar Swiss, who just completed the world tour in 19 months without a drop of fuel, will sail in the Mediterranean sea this summer to promote solar energy.

World Oceans Day

Today is the World Oceans Day

In 1992, during the Earth Summit in Rio is raised for the first time by the Canadian government, the idea of ​​a World Ocean Day. In 1998, the Intergovernmental Oceanographic Commission of UNESCO is supporting this international celebration. Since 2003 this event is coordinated by the World Ocean Network and the American Association, The Ocean Project.

67 countries on five continents participated in this event in 2011. Was organized animations, games, art workshops, lectures, films, a festive day in the colors of the ocean.

The challenges and key objectives

> Inform the public of the dangers faced by the ocean and the impact of human activities around the world develop a citizens’ movement,

>Promoting a sense of role of the ocean in our daily lives,

>Mobilize people around a draft sustainable management of the ocean, encourage each other’s actions for the preservation of the ocean and its resources,

>Celebrate the Feast of the ocean and join the festivities.

The oceans covers 71% of the surface of our planet, because of their depth, the oceans represent a volume space 300 times that of terrestrial habitats. For 25 years a new marine species is described on average every two weeks, and estimates on the number of species to be discovered in the deep ocean is commonly between 10 and 30 million. In comparison, the number of species inhabiting the Earth, they either terrestrial or marine, was estimated at 1.4 million so far.

If you want to know how you can get involved go on the World Ocean Day website.

The oceans are the basis of life on Earth, make sure that the term Homo sapiens have a meaning, Protect life.

Les Nudibranches

Voici un article qui j’espère saura vous convaincre que l’on peut être mou (molle) , flasque , petit(e) , imberbe , avoir quelques rougeurs et être quand même une beauté fatale ! Impossible pensez-vous ? Que nenni ! Vous n’avez qu’à suivre le mode d’emploi :

Tout d’abord revoyez vos noms et prénoms à la mode antique , c’est plus branché. Le nudibranche lui, à choisi nudus qui signifie « nu » en latin et brankhia , « branchies » en grec. Ces animaux sont des mollusques gastéropodes (petits et mous) marins caractérisés par leurs branchies nues.

Le Relooking

Les nudibranches ne possèdent pas de coquilles et portent différents tentacules.

>Les tentacules situés sur le dos sont nommées « papilles dorsales« . Ce sont des excroissances tégumentaires (de la peau) qui servent de branchies , c’est-à-dire qu’elles assurent les échanges d’oxygène entre l’animal et l’eau pour qu’il puisse « respirer ». Mais ce n’est pas tout , ces tentacules peuvent aussi servir à la défense. En effet , ils peuvent contenir des cellules urticantes , les cnidoblastes , provenant de la digestion de cnidaires (les hydraires qui font partie de la famille des méduses) dont ils se nourissent.

>Les tentacules postés sur la partie antérieure de l’animal sont des antennes sensorielles nommées « rhinophores »  (rino = nez et phorein = porter) et détectent le bruit , les odeurs et permettent même le goût. Ces rhinophores peuvent être lisses , annelés , lamellés.

Les yeux des nudibranches sont en profondeur , proches des ganglions nerveux et ne servent qu’a déceler les variations de lumières provoquées par l’ombre des prédateurs potentiels ou les variations jour/nuit. Certains nudibranches , sont capables de régénération c’est-à-dire de remplacer une partie de leur corps si celle-ci à été sectionnée. Certains sont même capables d’autotomie; ils peuvent abandonner volontairement une partie de leur corps puis de la faire repousser comme les lezards et leur queue par exemple.

   

Le Déménagement

Parce qu’habiter bien au sec avec un toit au dessus de sa tête n’a rien d’extravagant, optez plutôt pour les fonds marins! Choisissez les pas trop profond, dans une eau pas trop froide. C’est là que loge la plus grande majorité des nudibranches qui sont donc benthiques (sur le fond),  et sont généralement posés sur leur nourriture. Il faut admettre que c’est quand même beaucoup plus confortable de n’avoir qu’à ouvrir la bouche pour casser la croute et non pas de devoir marcher jusqu’au frigo. Il existe cependant des nudibranches plus « sportifs » qui vivent dans la colonne d’eau et dérivent avec les courants, ils sont pélagiques. On compte de nombreuses espèces des ces mollusques dans toutes les mers tempérées du globe.

  

Le Régime

Lorsqu’on a des dents il faut s’en servir! Le nudibranche est muni d’une mâchoire et d’une râpe; la radula composée de nombreuses dents montées sur un muscle flexible. La forme et la disposition des dents est spécifique à chaque espèce et adapté à l’alimentation. Pour se nourrir cet animal attrape sa proie à l’aide de sa mâchoire et la radula l’amène vers l’intérieur de sa bouche à la manière d’un tapis roulant.

Les nudibranches peuvent se nourrir de gorgones, d’hydraires, d’éponges, de bryozoaires .. bref un peu tout ce qui traine.

  

Assurer sa descendance

Vous avez envie de voir votre progéniture gambader et jouer autour de vous? Rien de plus facile. Comme les escargots, les nudibranches sont hermaphrodites, c’est à dire qu’ils peuvent être mâle et femelle mais jamais les deux en même temps ce qui empêche l’autofécondation. Ils possèdent donc les appareils reproducteurs des deux sexes. Ces animaux sont également capables de pratiquer la parthénogenèse; ils vont développer des oeufs à partir de eux seuls et produire ainsi des « clones ».

                       

Sa Team

Maintenant que les changements physiques ont étés effectués il vous faut une team, un gang, un groupe au sein duquel vous vous reconnaitrez! Je vous laisse choisir parmi ces quatre familles:

- Les Eolidiens (deux première images en partant du haut) : le nudibranche est couvert de nombreuses papilles, dites cérates. Elles servent aussi à la défense et son remplies de cnidoblastes.

- Les Dendronotacées (3ème et 4ème image): les appendices branchiaux se trouvent à la périphérie du corps de l’animal. Ces nudibranches sont les prédateurs par excellence des gorgones.

- Les Doridiens (5ème et 6ème image) : le panache branchial se trouve à l’arrière du corps, autour de l’anus. Ces animaux ne se nourrissent pas, eux, de cnidaires, mais d’éponges ou de bryozoaires. Ils sécrètent des substances chimiques et possèdent même, pour certains, de microscopiques structures piquantes sur la peau, les spicules, qui leurs servent de défenses.

- Les Arminacées (les deux dernières images) : la surface du corps est ridée et parfois relativement large.

Ca y est nous y sommes! J’espère que vous êtes satisfaits et que cet article vous à plu. Toutes les photos ont été prises sur ce site , je vous conseille d’aller y faire un tour, toutes les images sont sublimes.


Les Siphonophores

 Quelle est cette bestiole ??!

    

Quelle est cette bestiole, telle est la question qui m’a été posée par Monique qui a été interpellée par cet animal dans le port de Majorque. Les photos ci-dessus sont les siennes et en effet elles sont assez intrigantes! Après quelques recherches j’ai finalement trouvé de quoi il s’agit; c’est un Siphonophore ! Cet article est donc dédié à cet animal dans le but de mieux le (re)connaitre et le comprendre.

Les Siphonophores sont des organismes de l’ordre du zooplancton. Comme les méduses ils possèdent des cnidocytes qui sont des cellules urticantes et font donc partie de l’embranchement des cnidaires. On en trouve de la surface jusqu’aux profondeurs abyssales et certaines espèces peuvent mesurer jusqu’à 40 mètres de long! La plus connue est Physalia physalis appelé communément « vaisseau de guerre portugais » ;

Développement

La larve planula est caractéristique des cnidaires. C’est donc à partir de cette dernière que se développe le siphonophore. La partie antérieure de cette larve va se développer et donner un pneumatophore alors que la partie postérieure va s’allonger pour former un premier filament pêcheur. Entre ces deux zones vont de développer des cloches natatoires et d’autres filaments pêcheurs. Au stade adulte, chaque colonie est constituée d’un nectosome, partie qui assure la flottabilité et la mobilité, et d’un siphonosome  composé d’unités identiques les une aux autres et portant chacune un filament pécheur, ce sont les cormidies.

Morphologie

Tout d’abord la colonie est organisée autour d’un axe central nommé stolon. La partie antérieure est le nectosome, lui même formé d’un pneumatophore et de cloches natatoires. Le pneumatophore est une poche remplie de gaz; argon, azote et oxygène, qui assure la flottaison. Les cloches natatoires permettent la propulsion du siphonophore; à la manière des méduses elles se contractent, ce qui expulse l’eau qu’elle contenaient en leur centre.

   

A gauche schéma d’un siphonophore, à droite celui d’une cormidie.

Le reste du siphonophore est le siphonosome composé de nombreuses cormidies. Ces dernières sont plus opaques que le reste de la colonie et sont généralement teintées de couleurs allant du jaune au rouge vif. Chaque cormidie comprend; Une bractée qui est un élément aplati et dont le rôle est de protéger les reste de la cormidie. Un gastrozoïte, qui comprend un filament pêcheur qui va ramener les proies qu’il capture vers la cavité gastrovasculaire qui assurera sa digestion. Un dactylozoïde qui fait l’excrétion des déchets. Un ou plusieurs gonozoïdes qui produiront les gamètes, cellules reproductrices.

Les cnidocytes sont présents dans les filament pêcheurs. Quand les cnidocyles présents à la surface de ce filament sont stimulés physiquement et chimiquement par un contact avec une proie cela provoque la sortie d’un filament qui va attraper la proie à la manière d’un harpon. Le régime alimentaire est constitué de petits poissons. Les cormidies peuvent porter des leurres plus ou moins colorés qui imitent les proies de ces petits poissons afin de les attirer vers elles.. et les manger!

Chaque siphonophore est donc formé d’unité spécialisée et assemblées en une seule structure. Chacune de ces unités peut se comparer à un polype (forme de cnidaire fixée) ou a une méduse (cloches natatoires par exemple). On a donc plusieurs unités hautement spécialisée dans diverses fonctions. En ce sens un siphonophore est un cnidaire colonial, c’est à dire composé d’individus ayant le même génotype puisqu’issus de la même larve et fixés les uns aux autres.

Voici quelques espèces de siphonophores pour le régale des yeux! En partant de la gauche, Apolemia qui mesure environ 60 cm et vit entre -400 et -1000 mètres. Marrus orthocanna, qui mesure 40 cm et vit entre -400 et -2200 mètres. Nanomia cara, qui mesure 2 m et vit entre -400 et -1000 mètres.

                  

Revenons-en à notre bestiole!  Il s’agit d’un Forskalia edwarsi qui mesure 1 à 2 mètres de long. Ce grand siphonophore vit dans tous les océans, il est relativement commun en Méditerranée. En revoici deux photos où l’on voit clairement d’une part le nectosome qui semble plus « lisse » puis le siphonosome.

 

Les siphonophores sont gracieux et délicats mais ils ne font pas la différence entre vous, plongeurs et explorateurs émérites et un vulgaire petit poisson, restez donc prudents, ils piquent!

Les Dauphins et l’Echolocation

Le nom dauphin vient du grec delphis, qui signifie esprit de la mer. Les dauphins appartiennent au groupe des cétacés à dents (odontocète), mesurent moins de 5 mètres et possédent généralement un rostre long. Ils utilisent pour se repérer dans l’espace et communiquer leur système de clics et d’écholocation. Les dauphins sont les seuls animaux aux côtés des chauves-souris à utiliser l’écholocation, ou sonar. De plus, ce dernier constitue leur sixième sens, les cinqs autres étant identiques aux notres. Son principe repose sur l’émission d’ultrasons qui vont rebondir sur les obstacles qu’ils rencontrent et dont l‘écho sera reçu par l’animal.

Les dauphins ne possèdent pas de cordes vocales. A la place ils possèdent 3 paires de sacs aériens de part de d’autre du conduit nasal qui mène à l’évent.

   

.
Dans un premier temps le dauphin comprime son évent, les mouvements d’air dans les sacs produisent un son qui est ensuite envoyé à travers le melon, une boule de graisse, de muscles et de canaux située au dessus du crâne, à la place de notre front humain. Ce melon concentre et oriente le son en un seul faisceau dans l’eau dans la direction qu’il souhaite. Ceux qui finissent t par heurter un obstacle forment alors un l’échoqui sera reçu par la mâchoire inférieure de l’animal qui présente une fenêtre acoustique remplie de substance graisseuse. Cette fenêtre conduit les sons reçus vers l’oreille interne puis, par l’intermédiaire du nerf auditif, les informations sont conduites jusqu’au cerveau qui les interprète et forme des images acoustiques de l’environnement.
   Grâce à ce système, qu’il fasse jour ou nuit, le dauphin peut parfaitement « voir » ce qui l’entoure, les rochers, les épaves, les bancs de poissons et peut même connaitre leurs vitesses et la direction dans laquelle ils se dirigent. Certaines espèces arrivent aussi à déceler des poissons enfouis dans le sable.

   La fréquence des sons se mesure en Hertz, ce qui correspond au nombre de vibrations par seconde.  L’oreille humaine est capable d’entendre les sons compris entre 20 et 20 000 Hertz. Au delà, elle n’entend plus rien, car ce sont des ultrasons. Les dauphins, par contre, sont capables de percevoir des vibrations allant jusqu’à 250 000 Hertz ! C’est d’ailleurs aux alentours de cette fréquence qu’ils communiquent, à grands frais d’énergie.

   Les ultrasons donnent une image précise mais leur portée est faible. Les Dauphins utilisent donc d’abord des ultrasons de basse fréquence pour analyser leur environnement global puis lorsqu’ils reçoivent un écho intéressant, ils se rapprochent et augmentent la fréquence pour une meilleure précision. Ces ultrasons à fréquence élevée sont quant à eux émis grâce à la pointe du rostre et non par le melon. Elles sont comprise entre 100 000 et 200 000 Hertz, leur permettent de mieux définir leur entourage. Enfin, lorsqu’il s’agit d’un détail à examiner, les dauphins peuvent dépasser les 250 000 Hertz ce qui les rend même capable de percevoir la structure interne d’un objet à la manière d’une échographie. Le principe de l’écholocation est aujourd’hui utilisé par les bateaux et les sous-marins.

   En plus des contacts corporels, des mouvements des nageoires et des sauts au dessus de la surface, l’écholocation sert aussi aux dauphins à communiquer entre eux. Pour cela, ils sont capables d’émettre plus de 400 sons et peuvent ainsi tenir de longues et complexes conversations!

    Pour finir cet article en beauté et pour le plaisir des yeux, voici des dauphins qui pratiquent l’écholocation. Ils ont été observé le 4 août 2009 dans la Baie de Saint-Paul à l’île de la Réunion.

Les bizarres

Pour terminer cette série des « 5 plus », et pour rendre compte (un tout petit peu) de la diversité animale marine, voici les 5 plus bizarres!

Le masca laboureur, Callorhinchus milii,  mesure 1m25 et vit entre 0 et -227m. Il est aussi appelé en anglais « chimère éléphante », nom faisant référence aux monstres hybrides de la mythologie grecque. Loin d’être un dauphin, le masca laboureur est plutôt un proche parent des requins, et il utilise son excroissance de chaire pour labourer le sediment à la recherche de coquillages qu’il brise grâce à ses dents aplaties en plaques.

 

Le poisson à tête transparente, Macropinna microstoma, vit en profondeur, entre 600 et 800m. La partie antérieure de sa tête est totalement transparente, et sesyeux sont en forme de tubes, les yeux, ce ne sont pas les deux tâche noires à l’avant du poisson et non! Ce sont ses narines - ou plutôt des structures olfactives analogues aux narines des tétrapodes. Ses yeux, ce sont les deux structures vertes un peu en arrière, au milieu de la partie transparente. Cette structure permet à l’animal d’optimiser la quantité de lumière perçue sans toutefois limiter la qualité de l’image.

 

Et non cette chose n’est pas un flocon de neige design, il s’agit  bel et bien d’un animal! C’est une éponge lampadaire, Chondrocladia lampadiglobus, qui peut mesurer jusqu’à 50 cm de hauteur et qui vit entre 2600 et 3000 m de profondeur. Contrairement aux autres éponges, elle ne filtre pas l’eau mais attend que des animaux se déposent sur ces sphères pour les capturer avec de minuscules crochets filamenteux, des cellules migrent alors vers lui pour le digérer.

 

.

.

.

Le poisson pancake ou Platax à lèvres rougesOgcocephalus Darwini, ses nageoires pectorales, anales et pelviennes sontmodifiées de telle manière que le  Platac peut « marcher » et « s’asseoir » sur le fond de l’océan ouest Pacific où il vit.

 

 

Le Labre à tête de mouton, Semicossyphus reticulatus, est de couleur grise, peut atteindre 1m, peser 15kg, et vit dans les mers du Japon, de Chine et de Corée du sud. Il habite les mers peu profondes et les bancs de coraux et se nourrit de mollusques et de crustacés.